La TOUNE POETE - Le master

"Mais avant j'vous explique les régles".

Ze GOGNOL - Le bidon

"J'comprends pas pourquoi j'perds !".

Ze BASKE - Le bourru

"J'veux plus jouer à Formule Dés !"

Ze CHERIFION - Le pervers

"J'veux un jeu structuré moi !"

Ze RABBITS - Le besogneux

"Et si on essayait comme ça ?".

mercredi 24 juin 2015

La guerre est déclarée sur Ad Astra

Ce n'est pas parce que celà fait longtemps que tu n'as pas sorti tes lunettes pour lire un livre (en es-tu seulement capable), qu'il te faille penser que la Bande de Nigauds ne va pas t'obliger à le faire. Donc ajuste ton lorgnon, arrange tes neuronnes depuis longtemps en perdition, pose toi et concentre toi car je ne vais pas t'expliquer pendant cent sept ans ce qu'il se passe.

Si tu n'es pas aussi mou qu'un Gognol baignant dans un bol de guimauve, tu auras compris de suite en lisant le titre de ce merveilleux article, que l'on va causer sérieusement du jeu de plateau Ad Astra. Et comme normalement tu sais lire, tu as bien lu : la guerre est déclarée sur Ad Astra, ça va charcler, bigner, figer, ejecter, cogner et je t'en passe et repasse.

Ad Astra, je te refais pas le topo, tu connais, tu y joues et même si tu as plutôt tendance à t'y prendre des roustes, tu adores. Mais il manquait un petit quelque chose à ce jeu. Cette petite touche consistant à pouvoir comme il se doit, mettre des batons dans les roues du Baske grognon, d'enfoncer des cotons tiges dans le tarin du Cherifion, de faire gober en large et en travers un Gognol simplet ou faire pousser des cris de hyène à la drag Queen Toune Poete. Jusque là, ces nobles activités n'étant pas de mises, l'incroyable intelligence de l'auteur de ces lignes, se devait de mettre un terme à cette absence.

Oui...euh...mais y a pas d'arme à Ad Astra.

Hop hop hop, calme toi, il y a des armes à Ad Astra, on ne le savait pas. L'electricté, le fuel pour bouger, cette carte qui fait pousser des soupirs de desespoirs si tu l'a tire au départ du jeu. Il en faut certes pour bouger tes vaisseaux que tu t'empresses de construire pour scorer avec un sourire malsain. Mais cette carte n'était pas exploitée comme il fallait.
Boum bada boum boum boum, en plus de son utilité habituelle, elle devient une arme, un laser, un truc qui va te servir à dégommer l'autre, à le ralentir, à le faire pousser des cris de babouin travestis : le pied !

Euh...oui...mais comment on fait ?

Le lourdaud ! Fermes la, tu enerves tous le monde ! Donc cette carte va aussi devenir une arme. Elle va te permettre d'attaquer un vaisseau, d'endommager une colonie ou une usine de production. Cette action ne se fera que grâce à une carte de déplacement (logique) et ce, en respectant les deux destinations possible qui y sont indiquées. En clair, sur la carte de déplacement vers les deux spirales (jaune et rouge), il ne te sera pas possible d'attaquer sur une autre galaxie. C'est clair ? Bien. Pour attaquer, il te faut une carte electricité que tu vas défausser puisque tu vas tirer avec et elle ne pourra pas te servir pour te déplacer, il t'en faudra d'autre en main pour effectuer ton déplacement. Tu es toujours là ? On passe à la mise en pratique.

Attaquer un vaisseau

Lors d'un déplacement, un vaisseau vient de se poser sur une planète. A ton tour de jouer, il t'est possible de l'attaquer afin de la chasser de cette planèteet éventuellement prendre sa place. Pour celà, il te faut :

  • 1 carte laser si ton attaque démarre depuis le vide intersidéral pour le chasser. Les deux vaisseaux se retrouvent dans le vide intersidéral, la planète est libre.
  • 3 cartes si ton attaque démarre depuis une autre galaxie (2 cartes déplacements, 1 carte laser)
  • A la simple annonce d'attaque de la part de l'attaquant, les deux vaisseaux, l'attaquant et l'attaqué se positionnent dans le vide intersidéral. La planète est ainsi libérée provisoirement

    Chasser un vaisseau

    Même principe que lors de l'attaque, sauf qu'avec une carte laser de plus, on se positionne sur la planète libérée.

    Mais c'est dégueulasse !

    Tant de choses le sont mon pauvre ami. Mais ne pleure pas, tu peux bien sûr contre attaquer. Si l'attaquant pose un laser pour t'attaquer, il te suffit d'en poser un pour contre attaquer. Tu gardes ta place et lui se retrouve dans le vide intersidéral.

    Ah ouais ! C'est bien comme ça. Et s'il me chasse ?
    Ben comme il a posé deux cartes laser pour te chasser de la planète, tu en poses toi aussi deux.

    Geler une colonie ou une usine.

    Cool ! Et je peux déglinguer ses colonies ou ses usines ?

    Tu peux aussi geler des colonies ou des usines adverses. Pour celà, même principe, on respecte les indications de la carte de déplacement. Ensuite, tu poses une carte laser sous la colonie qui se retrouve hors d'usage jusqu'à la prochaine phase de programmation. Et deux cartes s'il s'agit d'une usine. Attention, s'il y a un vaisseau posé dessus, on est obligé d'attaquer le vaisseau.

    Et les terraformations, je peux ?

    Non petit malin, on ne peux rien faire sur une planète terraformée. Normal.

    Mais on va se faire attaquer de toutes parts !
    Non, car une bonne attaque doit se planifier à l'avance : déplacement, ressource laser. Ce n'est pas si facile que ça. Juste qu'aujourd'hui, c'est possible, parce que la guerre est déclarée sur Ad Astra !

    lundi 12 mai 2014

    Transat des Trois Passes : Le coup de sang de Cherifion

    La dernière Transat du Trophée Atlantis Cup, les Trois Passes a enfin été courue. Très attendue car importante pour le classement final. En effet, la victoire finale dépendait grandement de cette épreuve. Encore fallait-il pouvoir accepter les coups de trafalgar du Gognol. "Je viens, je viens plus, tu me vois, tu me vois plus !". Si le théatre de Guignol existe encore, pour sûr qu'il y trouverait sa place et qu'il remplirait les couches des bambins venu voir son numéro de clown.

    A défaut de Guignol, on pourrait l'installer à l'entrée d'un zoo avec distribution de cacahuetes. Les bénéfices iraient pour la recherche sur la régénessence des neuronnes.
    Dans ce contexte suréaliste, nul besoin de s'étonner de la sempiternelle absurdité au moment du départ:

    C'est quoi le parcours ??
    d'autant plus qu'il faudra à la Toune Poète alias Capt'ain Coco, créateur du jeu soit dit en passant, aller voir dans ses fiches pour répondre.
    Départ de Caracas donc, les Galapagos, Montévidéo et l'arrivée à Syracuse. Syracuse qui sera le théatre de la course en solitaire. Point de TM1 à Caracas, pas plus que de cyclone. Certains frileux font leur petite halte à Saint Domingue au plus grand bonheur de Boma parti dernier et qui rentrera dans l'océan pacifique en 3eme position au basque de Check et Igor.
    ...au basque de...Boma...basque, tu captes ?

    Des îles Galapagos à Montévidéo : une formalité

    On se serre les coudes et pas autre chose et les Galapagos validés, direction le Cap Horn pour rejoindre Montévidéo. Passage pas trop compliqué mais demandant une certaine technique. Il suffit de regarder Igor pour savoir-faire. A ce moment là de la course, Sir Cherifion n'avance pas comme il le souhaite. On sent chez lui en plus de son haleine et cette subtile odeur de pied, une certaine inquiétude, une certaine tension. Et pour cause : Igor file devant, Boma en embuscade. Or il lui faut gagner cette Transat pour se donner toutes les chances de remporter le Trophée. Et le bougre semble y croire. Fidèle à lui-même, Gognol continue ses niaiseries, tandis que Capt'ain Coco cherche midi à 14 heures.

    Igor valide Montévidéo en première position, suivi comme son ombre par Check. Ennuyé par une tempête malicieuse, Boma se retrouve à poil mais s'accroche. Derrière ce trio, on retrouve les mêmes et dans le même ordre : Sir Cherifion qui semble se refaire une santé si l'on en juge par ses petites grimaces, Gognol qui pouffe toujours de se voir aussi laid dans un miroir et Capt'ain Coco et ses petits cris de truie dans un défilé drag queen. Et c'est dans cette ambiance sommes toute calme, que l'océan atlantique vous nous reserver sa plus belle surprise.

    Sir Cherifion s'adonne à la pêche aux moules

    Tout est dit dans le titre. Il était le seul à n'avoir pas essayer l'activité favorite du Gognol, à savoir la pêche aux moules. Non pas que cela ne se soit jamais présenté, mais il s'en est toujours bien sorti. Là, les choses vont être différentes.

    Se rapprochant de plus en plus de Boma en difficulté et hypnotisé par des vents changeants, son deuxième lui, cette face sombre du personnage qu'il cultive, va lui cacher la tempête magnétique qu'il va traverser. Mais le bougre n'a plus d'avaries et le résultat est sans appel :

    Tu coules mon gars !!!

    Il est très difficile de décrire la crise d'hystérie qui va l'envahir. Tout comme il est très difficile d'ennumérer toutes les couleurs par lesquelles il est passé. Un vrai caméléon, mais un caméléon fou qui soudain aurait eu une crise d'urticaire ou une poussée d'hémorroïde chronique. Il tousse, manque de s'étouffer et saute comme un cabri sur sa chaise, mettant en péril son gros fessier. Très sincérement, il faisait peine à voir. Mais très franchement :

    Quel spectacle et quel plaisir !!

    Passé ce grand moment, le reste de la course ne va pas nous apporter plus de plaisir que ça. Igor file vers Syracuse. Check est victime d'un échouage sans trop de gravité et réussi à assurer la deuxiéme place devant Capt'ain Coco auteur d'un bon retour. Derrière, Boma est condamné à faire des points en allant ramasser des voiles. A condition que Gognol, perdu en plein milieu de l'Atlantique ne lui en laisse le temps. Car toujours fidéle à lui-même, il coule tout seul, comme un pauvre bougre abandonné, ignoré.

    IgorDesgor champion !

    La Transat des Trois Passes a rendu son verdict. Elle sacre IgorDesgor qui remporte ce Trophée Atlantis Cup. On y reviendra plus tard. Il ne reste pour boucler la saison que la course en solitaire, Syracuse. Une course spéciale. Reste à définir la date.

    vendredi 9 mai 2014

    Les pronos d'Atlantis Cup : rien à gagner

    Lorsque tu as dans ton équipe de bras cassé, un gus, une chose, un énergumène de la trempe du Gognol, tu fais en sorte de ne pas t'arracher les cheveux afin d'éviter un jour de voir ta tête ressembler à la sienne.

    Nul besoin de toute façon d'intenter un procés à la nature pour réparer cette injustice physique dont il est victime. Car si la nature lui avait donné une façade à la George Clooney pour ne citer que lui, c'est la nature elle-même qui l'aurait propulser devant les tribunaux. La raison ? Avoir autant de place dans ce crâne chauve pour ne pas savoir y loger des neuronnes d'intelligence, aurait été une injure.

    Le depart de la dernière épreuve

    Gognol ayant semble-t-il réussi à arrêter sa course folle dans le vide pour caler et se tenir au rendez-vous de la dernière épreuve d'Atlantis Cup ce samedi 10 mai, les choses vont pouvoir rentrer dans l'ordre. Si tu es un lecteur assidu (j'en doute), tu n'auras certainement pas manqué le dernier article sur le possible vainqueur du Trophée Atlantis Cup, c'est par ici

    Les pronos

    Et si tu as lu en diagonale et que ton occupation du moment ne t'as pas permise d'aller jusqu'à la fin de ce formidable article, tu n'as pas dû voir les liens pour tes pronos, les voici :

  • Les pronos pour les Trois Passes c'est ici.
  • Les pronos pour le Trophée final c'est ici.
  • Attention ! Ne perds pas ton temps à miser sur le Gognol. Il n'y a rien à gagner !

    lundi 21 avril 2014

    Trophée Atlantis Cup : le vainqueur sera...

    ...ou ne sera pas, telle est la question.

    Alors qu'il ne reste qu'une étape, et pas la moindre puisqu'il s'agit des Trois Passes, il faut savoir une chose pas trop compliquée même pour un Gognol: la victoire finale se jouera entre trois skippers, Boma, Sir Cherifion et IgorDesgor.

    Et pis c'est tout.

    Pour le podium, c'est une autre histoire. On va essayer de t'espiker tout ça en large et en travers de port.

    Reste une grande inconnue comme d'habitude:

    quand est-ce que le départ de la dernière épreuve aura lieu ?

    Premier au classement général avec 106 pts, IgorDesgor devance d'un point Boma en perdition avec 105 pts. A l'affût comme souvent, Sir Cherifion bichonne ses 93 pts. Quoiqu'il arrive donc lors de la dernière épreuve, le vainqueur du Trophée Atlantis Cup se trouve là.

    Le baske Boma en pleine lamentation.

    Nombreux sont celles et ceux qui auraient misés leurs chemises sans manche sur les chances de Boma de gagner le Trophée, tant il semblait être au dessus du lot lors des premières épreuves. Mais derrière son regard goguenard et sa légendaire mauvaise foi, le baske a pris une tendance amusante pour les autres, à savoir aller à la pêche aux moules. Après avoir pris 102 pts sur les trois premières épreuves, dont 22 en voiles, il ne totalise que 3 pts sur les deux dernières. Et c'est tant mieux, on ne va quand même pas le plaindre.

    Il suffit de voir sa tronche déconfite pour comprendre que le doute s'est installé chez lui.

    Sir Cherifion s'accroche comme un pou.

    Fourbe à souhait, habité comme toujours par le malin, Sir cherifion cherche la victoire depuis le début. Trés régulier, autant dans ses courses que dans ses coups tordus, il pointe 3eme avec ses 93 pts. Pour prétendre au titre et ce, dans les honneurs, il lui faut gagner la dernière avec le plein de voiles et espérer que ses adversaires directs aillent à la pêche aux moules. On surveillera avec intêret ses pincements de lèvres et cette langue qui parfois nous fait penser à un serpent vicieux dans les moments de tensions. Et n'espèrez pas un coup de main de sa part pendant la course.

    Bien qu'il préfére les parties intimes, il s'accrochera comme un pou, même sur le crâne chauve du Gognol.

    IgorDesgor en favori logique.

    Si l'on devait attribuer des points pour fair-play, nul doute qu'IgorDesgor serait largement en tête. Mais cela mettrait en avant les talents de goujat de certains. Après avoir mal démarré la compétition, 44 pts sur les 3 premières épreuves contre 102 a Boma, il totalise 62 pts sur les 2 dernières contre 3 pts du Baske. Et il ne le doit qu'à lui-même, le tout tranquillement et avec zenitude. Un exemple à suivre pour les skippers tordus. Une victoire dans les Trois Passes et le titre lui sera attribué sans souci et sous vos aplaudissements.

    C'est le favori logique pour la victoire finale.

    Le podium leurs tends les bras.

    Derrière ce trio de cloche...de choc, rien n'est joué pour le podium. Ex-aequo 4eme avec 61 pts, Check Fuck et Gognol peuvent espérer monter sur la 3eme marche du podium. Pour cela, il n'y aura pas photo, gagner les Trois Passes avec le maximum de voiles et surtout voir pour la première fois Sir Cherifion aller à la pêche aux moules. Gognol ayant remporté son épreuve, la Transat des Vents, il ne serait pas surprenant de voir Check Fuck remporter ce challenge.

    Reste le cas de Capt'ain Coco, alias la Toune Poète, le créateur du jeu. Dernier avec 37 pts, il ne peut espérer mieux que contrecarer les plans de Check Fuck, à savoir terminer devant le créateur du jeu au classement général.

    Les pronos.

    Tu peux toujours aller t'amuser à faire tes pronostics.

  • Les pronos pour les Trois Passes c'est ici.
  • Les pronos pour le Trophée final c'est ici.
  • La date de la course : c'est une autre histoire !

    lundi 17 mars 2014

    Transat des Vents Contraires : IgorDesgor confirme

    Initialement prévue le 25 fevrier, la Transat des Vents Contraires, avant dernière étape du Trophée Atlantis Cup, s'est courue le vendredi 14 mars.

    Car réunir six Nigauds de première s'avère aussi compliqué que faire rentrer des pingouins dans l'enclos d'un âne sodomite.

    Par respect pour la famille de l'âne, je tairais le nom des pingouins.

     

    Un réglement cadeau Bonux

    Partir de St Domingue, c'est affronter les nombreux cyclones de cette zone et sa TM1 (tempête magnétique n°1 pour les néophytes). Cette fameuse TM1 qui comme tous le monde le sait maintenant, est la seule qui tourne dès qu'elle apparaît. Des risques météos à faire pisser de trouille des gateaux secs ou filer la chtouille aux gâteux, secs eux aussi. Derniers sur la ligne de départ, les deux pécheurs de moules de la Titan, le Baske Boma et la grande chose Gognol prennent ce qu'ils peuvent comme route. Parfois aussi malin qu'il n'est bête, le Gognol va profiter, sous l'impulsion du fourbe Chérifion, d'un point de réglement nouveau et pour le moins étrange :

    ramasser des équipements dans la ville d'arrivée Caracas toute proche, et tant qu'a faire dans la ville de départ, St Domingue !

    Alors que tous le monde sait qu'il est impossible de prendre du matériel, (voiles ou avaries) dans les ports étapes obligatoire, voilà que l'on apprends, à une course de la fin de ce Trophée Atlantis Cup, qu'il est possible de revenir faire son blaireau dans la ville de départ pour s'équiper, ou venir dire bonjour au public tassé dans le port d'arrivée pour ramasser de l'équipement. Tu chercheras la logique s'il y en a une ou tu prendras une grande boite d'aspirine pour aller demander des explications au créateur du jeu, la Toune Poète :

    Rhhhiiii ! c'est écrit dans la règle !
    A ce petit jeu, le Gognol se charge de voiles, loin des autres concurrents. Au regard de son légendaire sourire de niais, celà ne semble pas l'affecter. Le bougre aura raison.

    Mer calme et peu agitée

    Aucun cyclone ne venant perturber le départ de la course, c'est sans trop de problème que les voiliers passent l'équateur. Passé donc par Caracas, Sir Chérifion est rejoint par le reste des concurrents sur la cote de Salvador, Capt'ain Coco contestant le leaderchip à Igordesgor. Parti avant dernier, Boma vient semer sa zizanie. Mais il va apprendre à ses dépends comment une tempête vient sournoisement te claquer le baigneur. De face !

    exekutatu dut uste dut !
    Dans ce cas là, le tarif c'est 3 voiles. Une quand la tempête t'arrive sur la tronche et deux autres pour t'en sortir. Va manger ta soupe ! Loin derrière avec ses 4 voiles, le Gognol sourit (il ne fait que ça de toute façon !).

    IgorDesgor est le premier à valider Rio De Janeiro devant Sir Cherifion. Viennent ensuite Capt'ain Coco, Boma et Check Fuck. Revenu du diable vauvert avec des vents changeants, Gognol a recollé au groupe. Direction Abidjan vitesse grand vent pour IgorDesgor, suivi de près par Sir Cherifion. Bien revenu, Check Fuck vise le podium devant Capt'ain Coco. Boma est à la peine et colle comme un caramel mou en plein desert au basque du Gognol.

    Solitaire comme un vers, le cyclone de Caracas ralenti les deux premiers. Ce qui ne trouble pas IgorDesgor qui franchit la ligne d'arrivée. Coincé par une tempête, Sir Cherifion laisse ouverte une belle porte à Check Fuck pour la 2eme place. Capt'ain Coco essuie une tempête qui calme ses ardeurs (mais pas ses odeurs) et se voit souffler la 4eme place par le surprenant Gognol. Dernier, Boma se lamente.

    Tempête vicieuse : tous a poil

    Une météo encore une fois pas trop méchante mis a part ses tempêtes. Une belle victoire d'IgorDesgor qui confirme ses courses précédentes. A noter qu'il est le seul à rentrer avec une voile. Cette petite voile qui lui rapporte 2 points et lui permets de prendre la tête au classement général. Le classement en live ici.

    Le podium final est presque validé, on en reparlera. Prochaine et dernière étape de ce Trophée Atlantis Cup : La « Spéciale », la Transat des Trois Passes : Caracas-Iles Galapagos-Montevideo-Syracuse. En espérant une météo digne de son nom et un réglement de course un peu plus clair...

    ...pour éviter la mauvaise foi du Baske !

    mardi 18 février 2014

    Transat des Vents Contraires : vents de face

    Le départ de la Transat des Vents Contraires, prochaine épreuve du Trophée Atlantis Cup est semble-t-il annoncé pour le vendredi 28 fevrier prochain. Cela reste bien entendu à confirmer, mais rien n'empêche d'en parler afin de faire saliver d'envie les Nigauds qui y participent. Il est à noter que certains n'ont pas besoin d'avoir de quelconques envies pour laisser s'écouler leurs morves blanches et visqueuses. Lorsque tu es croisé de Gobelins et de Troll des cavernes sortis tout droit d'un gang bang de pingouins, tu ne peux pas en vouloir à la nature. C'est comme ça, à toi d'éviter les cailloux et les coups de bâtons dans les roustons.

    Chacun ayant trouvé sa place dans cet abstrait tableau, parlons de cette prochaine Transat des vents contraires. Il est à noter encore une fois que cela reste du temps perdu lorsque tu sais que certains de ces Nigauds-gobelins sont capable de s'asseoir à la table de jeu et te demander au moment du départ :

    Heeeuuu, c'est où qu'on va ?
    Insupportable ! A croire que les cailloux ne sont pas assez gros et que le bâton manque de pointes rouillées. De toute façon, plus tu tapes plus ils en redemandent. Une drôle d'espèce difficile à comprendre et loin d'être en voie de disparition. Bref !

    St Domingue - Rio de Janeiro - Abidjan - Caracas.

    Départ de St Domingue donc, avec sa TM1. Si cette dernière apparait dès le départ, on va en entendre des cris de babouins séniles.
    De même, les nombreux cyclones présents dans cette zone risquent de faire pleurer les plus poltrons.
    Car pour aller rejoindre Rio de Janeiro la 2eme étape, il faut dès le départ affronter le contre courant Sud Equatorial.

    Et mon petit doigt me dit que ça va être la cohue dès le départ et que l'ordre des skippers devrait jouer son rôle. A ce petit jeu, Gognol et Boma, grands pêcheurs de moules dans la Transat des Îles, auront tout loisir de se gratter le crâne à la recherche de solutions. Finalement peut-être qu'il ne s'agit pas d'une si mauvaise situation. A voir.

    Passé l'équateur, la difficulté semble moindre, si ce n'est la TM3 sur Rio de Janeiro. Si elle apprait très tôt, elle aura eu le temps de touner et de faire une sacrée barrière à franchir. Et pas qu'une fois puisque qu'il faudra la re-franchir pour aller vers Abidjan. Ensuite, direction Caracas l'arrivée avec peut-être des cyclones qui auront eu le temps de revenir. Mais ça , c'est moins sûr. Cette Transat des Vents Contraires s'annonce finalement très difficile à aborder. Et la météo jouera son rôle.

    La météo

    Tu le sais, ce qui fait l'essence de ce jeu, c'est son système de météo... aléatoire. Mais pas si aléatoire que ça. Il te faut comprendre une chose assez simple : il y a 19 cartes météos qui sont déjà prédéfinies. Entends par là que les mouvements de météos ne sont pas dissociables d'une partie à l'autre.

    Heuuu, je comprends pas...
    Je vois ça !

    19 cartes, avec les apparitions de phénomènes et en dessous les phénomènes actifs. Sur une carte donnée, les apparitions restent bloqués sur les déplacements. Je crois que tu ne comprends toujours pas et là, tu es assez agaçant vois-tu. Alors saches une chose :

  • Il y a une tempête magnétique sur les 4, qui tourne automatiquement quand elle apparait. Ce qui n'est pas vrai pour les autres.
  • Il y a un cyclone sur les 4 qui avance automatiquement dès qu'il apparait, ce qui n'est pas vrai pour les autres.
  • C'est bon, tu captes ?

    Aléatoire la météo ?!?! Pas tant que ça. Tout dépends du temps, tant qu'il y en a. Tante est si bien qu'elle prends son temps. Tant mieux.

    mardi 28 janvier 2014

    Transat des Îles : IgorDesgor très fort

    Les skippeurs confirmés te diront tous la même chose à propos de la Transat des Îles : c'est une petite Titan. Il est vrai qu'elle emprunte certaines voies fluviales qui font la réputation de la Transat des Titans avec ses 4 fameuses tempêtes magnétiques à affronter. Tu y rajoutes ses alizés à traverser, ses tempêtes qui viennent t'arracher les voiles, ses vents changeants capricieux qui se barrent quand tu arrives et ses cyclones qui t'attendent gentiment à l'arrivée. Voilà une partie du tableau.

    Avec tous ces éléments météorologique, tu n'as pas le temps de t'ennuyer sur ton petit bateau, et c'est bien là le point fort de ce Trophée Atlantis Cup. Oui mais voilà, certains skippeurs délaissent leurs bateaux et dévellopent des activités annexes :
    la pêche aux moules, une industrie en pleine expansion pour les petits baigneurs.

    baigneurs...bateaux...Hey ! Louis de Funés !?!? Tu vois le jeu de mot ou il faut te faire un dessin ?
    On reviendra plus tard et en détail sur ces pêcheurs de moules, restes concentré pour la suite.

    Le coup de vent du Gognol

    Cette Transat des Îles était l'occasion (celle qui fait le larron) pour le Baske de confirmer ce qui semblait être une suprématie. Pour cela, il lui fallait surveiller le prometteur IgorDesgor et le roublard Chérifion. Inutile d'avoir un oeil sur le Gognol aligné dernier au départ suite à sa grande partie de pêche aux moules dans la Transat des Titans. Car voilà, la pêche aux moules est devenue sa grande spécialité. Restes là, on en reparlera plus tard.

    Nous voilà donc aux Açores, départ donné à 22h30, Boma en tête mais rapidement débordé par son compére Sir Chérifion au large de Dakar. Derrière c'est un peu la cohue générale, Capt'ain Coco et Check Fuck ayant légérement pris vers l'Ouest, Igordesgor un peu coincé et notre Gognol-Scoubidou du soir, un peu vers l'Est. Mais voilà qu'au passage de l'équateur, tu vois passer une voile qui double tout son monde et viens faire la nique à tous les autres skippers éberlués. Comment est-ce possible de partir dernier et se retrouver premier à la validation de la 1ére étape, Les Malouines ? Parce que c'est l'exploit, le tour de trafalgar que nous a fait le Gognol. Je te rassure, à la question "comment tu as fais ?", il te réponds :

    Beuhh, chai pas, j'ai avancé quoi
    Ne lui cherchons pas des poux sur son aérodrome à mouche. Toujours est-il que voilà, c'est bien lui en tête aux Malouines.

    Tu te doutes bien qu'a ce moment de la course, certains doutent de sa capacité à tenir le cap, d'autant plus qu'il a dans son sillage la pire calamité de l'océan, le poulpe Cherifion. Dernier et surchargé de voile, Igordesgor ronge son mât. Direction Ste Héléne et son célébre concours de pêche à la moule. On te l'as dit plus haut, la pêche aux moules c'est la spécialité du Gognol. Et c'est sous l'oeil malin du Cherifion qui n'attendait que ça que le Gognol nous fais son plongeon favori.

    Arggh, geuhhh, beuhhh bais bourquoi che coule ?!?!
    Allez ! Manges ta soupe et fais la mouette !

    Vive la pêche aux moules !

    Contre toute attente, c'est Boma qui valide le premier Ste Héléne, devant Igordesgor revenu du diable vauvert et Cherifion trop occupé à ricanner des malheurs du Gognol. Capt'ain Coco et Check Fuck se suçant la proue pas loin. Il ne reste plus qu'à prendre le courant sud équatorial pour filer vers St Domingue l'arrivée. Tempêtes et cyclones au rendez-vous. A ce stade là, la course semble être joué. Mais voilà, on te l'a dit, la pêche aux moules est une activité en pleine expansion et c'est Boma le goguenard qui va s'y mettre.

    Là, il faut quand même noter que sans le juste coup d'oeil de l'auteur de ces lignes, on aurait laissé passer une boullette du Baske dans sa navigation qui aurait pu lui faire gagner la course alors qu'il faut se rendre à l'évidence : il fait une fausse manoeuvre et rejoins le Gognol dans une partie de pêche aux moules.

    Hey ! Va falloir instaurer un système de commissaire de course ! que vallent ses dernières victoires si personne ne le controle ?!?
    Faut quand même pas déconner !

    Le Gognol et le Baske avec leurs petits shorts moulant, faisant mumuses avec leurs épuisettes, la voie est libre pour une victoire d'Igordesgor. Non sans mal. Derrière Cherifion assure la 2eme place devant Capt'ain Coco et Check Fuck, ce dernier ayant comme objectif principal de battre la Toune Poète, créateur du jeu, au classement général. Et c'est dans un élan de dingo et sous un cri que lui seul est capable de produire, que Capt'ain Coco sort ces épuisettes et son petit short pour aller rejoindre Gognol et Boma à la pêche aux moules. Un bonheur !

    Le malheur des uns fait...

    le bonheur des autres. Voilà la morale de cette course. Six partants, trois à l'arrivée. Quand on te dit que ce Trophée d'Atlantis Cup est passionnant et qu'il n'a pas fini de nous reserver des surprises. Car si le Baske décide de s'adonner encore à la pêche aux moules dans les deux dernières épreuves, il va falloir digérer le risque de voir Cherifion gagner ce trophée. Car voilà, pour l'instant, il est le seul à ne pas aimer les moules.

    Voilà quand même une belle victoire d'Igordesgor très attendu par les parieurs. Il talonne Cherifion arrivé 2eme qui conforte sa 2eme place au classement général grace au truchement des voiles. Troisième sur le podium, Check Fuck entame son objectif. Le classement en live ici

    Prochaine étape :

  • La Transat des Vents Contraires :   St Domingue-Rio de Janeiro-Abidjan-Caracas.
  • Concours

    Combien de fois as-tu lu le mot "voilà" dans cet article ? Envoies par sms "voilà" suivi du nombre pour gagner un cadeau !

    vendredi 24 janvier 2014

    Transat des Îles : les pronos

    Le départ de la Transat des Îles est confirmé pour le samedi 25 janvier. On y retrouvera la même bande de Nigaud dans leurs frêles embarcations, la petite mouette dont on ne parle pas assez, les cris de baboins de la Toune Poète, le sourire hagard du Gognol, les coups tordus du Chérifion, et l'oeil goguenard du Baske.

    Mais on ne peux pas passer sous silence le calme légendaire d'Igordesgor le descendant et le fair play intergalactique de l'auteur de cet article.

    Même si le Baske semble bien barré

    euh...le jeu de mot, tu cap...tes ?
    pour remporter ce championnat d'Atlantis Cup, rien n'est fini et il ne sert à rien de manger la soupe sur le crâne dégarni du Gognol avant de peler les oignons.
    ah oui, l'histoire de l'ours...

    C'est une histoire d'Îles et pour le parcours, ce n'est pas compliqué, c'est expliqué quelque part sur ce site d'information.

    Pour faire un prono, ce n'est pas compliqué non plus. Tu désignes ton petit tiercé, ta question subsidiaire et tu envoies. Tu joues autant de fois que tu veux, c'est gratuit et ça rapporte que dalle. Bientôt il sera mis en place un systéme de pécule de Nigobits, la monnaie officielle des Nigauds que tu pourras dépenser et faire fructifier. Mais ça viendra quand l'auteur non récompensé de ce site aura le temps et quand il verra cette petite Bande de Nigaud feinéants faire plus d'effort dans la participation à la promotion de ce site.

    Pour le prono, c'est par là !

    dimanche 19 janvier 2014

    Atlantis Cup : Transat des Îles sans exil

    Sur l'île Ste Hélène, ce pauvre Napoléon avait attendu attendu, mais personne n'est jamais venu. L'histoire dit qu'il aurait perdu patience et qu'il aurait fini par faire cabane commune avec Vendredi avec qui il aurait fondé une famille. D'autres avancent l'idée qu'il aurait fait une indigestion de noix de coco. En fait, l'histoire est aussi floue que les règles du jeu Alien, le bébé jeu de notre star la Toune Poète. Mais aux dernières nouvelles, ce pauvre Léon scruterait encore l'horizon afin d'y voir poindre le bout d'une voile en provenance des Malouines.

    Parce que c'est bien des Îles Malouines que les multicoques arriveront à Ste Héléne. Si tes neuronnes bouillonent autant que les petits pois qui habitent le cerveau du Gognol, c'est que tu n'as peut-être pas tout suivi. Rien de grave. Nous ne faisons ici que parler de la prochaine étape ou course comptant pour le Trophée Atlantis Cup, une course mondialement connue grâce aux nombreux articles écrits et rédigés dans les plus grands magazines mondiaux par le littéraire Gognol (un livre en production), le professeur Sir Chérifion (intronisé au musée de cire) ou le prolixe Toune Poète, père de cette compétition. A moins que l'auteur de cet article ne soit le seul capable d'en parler, de se triturer les méninges pour pondre des nouvelles. Comme dit Pépin, bref !

    Le départ de La Transat des Îles, prochaine étape donc de cette fabuleuse compétition est en approche. Définir une date reste toujours très compliqué, mais il semblerait que le 25 janvier prochain soit une date à arrêter. A voir. On essaiera en attendant de remettre en place ce système de pronostics qui à fait fureur dans les salles de jeux. Le Baske survolant (pour l'instant) les débats au classement général, cette course assez particulière pourrait voir des surprises à faire dresser les derniers poils qui poussent sur le crâne du Gognol, un bonheur pour les mouches.

    La Transat des Iles : Açores - Malouines - St Hélène - St Domingue

    Une course qui pourrait donner envie à certains de s'exiler et faire cabane commune avec Vendredi et Napoléon...Va savoir !

    mardi 7 janvier 2014

    Ad Astra : la baston c'est bon

    Les idées, c'est comme les graines de haricots : tu les plantes, tu les arroses, tu les regarde pousser et tu leurs chantes des chansons. Ensuite, tu les récoltes, tu les fait cuire, tu mets ça dans ton assiette et bon appétit.
    Ce n'est que le lendemain que tu peux savoir s'ils sont bons ou pas. Si tu as des flatulences à gogo et non contrôlées, tu as loupé quelque chose.
    Il faut que tu cesses de croire être un grand chef, revoir ta recette et surtout éviter les ascenseurs et le métro aux heures de pointes, sauf bien sûr si cela te procure du plaisir.

    Donc la baston dans Ad Astra, c'est pareil. On êmets l'idée, on en discute et on la pose. Comme de toute façon on est mieux servi que par soi-même, je m'y colle, il y a longtemps que j'ai compris ne devoir rien attendre de ces ronds de flans de Nigauds.

    Voici donc le topo.

    Un vaisseau posé seul sur une planète, peut :

  • 1 - être attaqué : subir et répondre à une attaque.
  • 2 - être chassé : ne réponds pas à une attaque.
  • Vaisseau 1, le défenseur. Vaisseau 2, l'attaquant.
    Le vaisseau 1 est posé sur une planète sur laquelle il n’a encore rien construit (colonie, usine ou terra formation).
    Le vaisseau 2 se trouve à ce moment là dans le vide intergalactique. A son tour de jeu (et bien entendu sur une carte action de déplacement), il peut venir affronter le vaisseau 1. Pour cela, le vaisseau 2, l'attaquant, commence par donner (payer) une carte ressource « énergie » au vaisseau 1 pour se poser sur la même planète que lui.
    Pas bête l'animal, en temps normal, ce déplacement est gratuit !
    S’il n’a pas de carte « énergie », il ne peut pas attaquer. De la même façon, l'attaque ne peut venir que du vide intergalactique.
    Arghhh Crotte, je peux pas le faire depuis une autre galaxie !
    Le vaisseau 1, l'attaquant, annonce alors un nombre de son choix de cartes ressources qu’il a en main et qu’il devra défausser.

    Le vaisseau 1, en position de défense donc, peut :

  • 1 - Contrer l’attaque : il défausse de sa main, le nombre de cartes ressources de l’attaque. Ex : le vaisseau 2 attaque avec 5 cartes ressources qu'il défausse. Le vaisseau 1 se défend et défausse 5 cartes ressources de son choix.
    Chouette, je peux inclure celle d’énergie que l'autre blaireau vient de me donner
    Il conserve la planète. Le vaisseau 2, dont l’attaque a échouée, retourne dans le vide intergalactique. Il y a perdu une carte ressource énergie et ses cartes ressources jouées dans l'attaque.
    Va jouer dans ta caisse, Nabot !

  • Se soumettre à l’attaque : il choisit de ne pas répondre à l’attaque et retourne dans le vide intergalactique (déplacement qu’il paye avec l’énergie reçue de l’attaquant.). Il ne perd aucune carte. Juste la planète sur laquelle il était posé.
  • Rien à péter ça m'arrange...

    Dacodac, mais pourquoi du comment à quoi ça sert ?

    T'affoles pas Jeannette. Le but n'est pas de révolutionner le jeu, ni de le rendre plus compliqué. Juste lui rajouter ce petit truc d'aller contrecarrer les plans de l'autre Nigaud en face. A celà plusieurs raisons. Parce qu'il prends de l'avance, parce qu'il est entrain de trouver toutes les planètes terraformable (avec de l'eau ou du blé) et que cela n'arrange pas mes plans.
    Cette possibilité d'attaquer demande quand même de gros sacrifices pour la réussir. Il faut déjà être en mesure de pouvoir le faire. Sur une carte action de déplacement, avoir une carte énergie en main à sacrifier, carte que tu donnes à l'assailli pour éventuellement lui permettre de se défendre à tes dépends. Que l'action de déplacement puisse te permettre aussi d'aller sur la planète en question. Avoir suffisamment de cartes en main pour ne pas se faire contrer. Bref, cette possibilité d'attaque ne va pas se présenter à chaque coin d'astéroïde. Pas beaucoup de risque de changer complètement le jeu de sa formule initiale.

    En fait, je crois qu'il faut essayer.

    Mais dis donc, t'es pas la moitié d'un imbécile toi. Tu as retrouvé ta trousse à reluire le cerveau ? Tu sais quoi ?

    On va les faire cuire ces haricots.

    Et tans pis s'ils font chanter ce sur quoi tu es assis.